logo dA mini  archivo / artículos


Injustice et cruauté: la corrida constitutionnalisée

2012.09.26

AUTOR: Sabine Brels, Doctoranda en derecho en la Universidad Laval sobre la protección del bienestar animal en el mundo, titular de la Beca Canadá Vanier para Estudios de Postgrado
TÍTULO: Injustice et cruauté: la corrida constitutionnalisée Commentaire de la décision du Conseil constitutionnel français sur la corrida du 21 septembre 2012

FECHA DE PUBLICACIÓN: 2012
LUGAR DE PUBLICACIÓN: dA web Center, septiembre 2012.


RESUMEN

Alrededor del mundo, en muchos lugares de tradición hispánica se comenzaron a adoptar prohibiciones legales sobre las corridas de toros por razones éticas (por ejemplo, Cataluña en España (2010), Bogotá y Lima en América del Sur (2012)). Pero el día 21 de septiembre de 2012, en Francia se ha validado esta práctica, cuestionable en el más alto nivel de la ley: el nivel constitucional. Las corridas de toros y peleas de gallos son excepciones legales a la prohibición general de la crueldad a los animales en el Código Penal francés (Art. 521-1 párr. 7). Si bien el principio constitucional de "igualdad" establece que la ley debe ser igual para todos los ciudadanos, esta excepción permite estos actos de crueldad donde son resultado de la tradición local. En este sentido, la tauromaquia está legalmente permitida como una tradición local en el sur de Francia, a pesar de que está prohibida en el resto del país como un acto de crueldad. Aunque esta tradición es muy polémica a los ojos de la población francesa, una poderosa minoría de "aficionados" se las arregla para proteger las corridas de toros frente a la evolución moral representada por el bienestar animal, a expensas de la justicia y la igualdad!

AUTEUR: Sabine Brels, Master en droit international de l'environnement, doctorante en droit sur la protection du bien-être animal dans le monde, titulaire de la bourse du Canada Vanier pour les études supérieures, Université Laval (Québec, Canada).

TITRE: Injustice et cruauté: la corrida constitutionnalisée Commentaire de la décision du Conseil constitutionnel français sur la corrida du 21 septembre 2012

DATE DE PUBLICATION: 2012
LIEU DE PUBLICATION: dA webCenter, Septembre 2012

RESUMÉ

Autour du monde, plusieurs endroits de tradition hispanique ont commencé à adopter des interdictions légales sur la corrida pour des raisons éthiques (ex: la Catalogne en Espagne (2010) ; Bogota et Lima en Amérique du Sud (2012)). Mais le 21 septembre 2012, la France a validé cette pratique contestable au plus haut niveau de la légalité : le niveau constitutionnel. Les corridas et les combats de coqs sont des exceptions légales à l'interdiction générale de cruauté envers les animaux dans le Code pénal français (art. 521-1, al. 7). Alors que le principe constitutionnel d'"égalité" précise que la loi doit être la même pour tous les citoyens, cette exception permet de commettre ces actes de cruauté là où une tradition locale peut être attestée. En ce sens, la tauromachie est légalement permise comme une tradition locale dans le Sud de la France, alors même qu'elle est interdite dans le reste du pays comme un acte de cruauté. Même si cette tradition est très controversée aux yeux de la population française, une minorité puissante d'"aficionados" parvient encore à protéger la tauromachie de l'évolution morale représentée par la protection animale, au détriment regrettable de la justice et de l'égalité!

-
Facebook! Twitter Del.icio.us! Google! Live! Yahoo!


« back